Un livre qu'on quitte sans en avoir extrait quelque chose est un livre qu'on n'a pas lu. - Antoine Albalat

mardi 13 juin 2017

Boudicca de Jean-Laurent Del Socorro



 Quatre fleurs et demi : J'ai beaucoup aimé


Titre : Boudicca
Auteur : Jean-Laurent Del Socorro
Genre : Fantasy historique
Public visé : Adulte
Année de parution : 2017
Nombre de pages : 280 pages (Éditions ActuSF)

Quatrième de Couverture :  Angleterre, an I. Après la Gaule, l’Empire romain entend se rendre maître de l’île de Bretagne. Pourtant la révolte gronde parmi les Celtes, avec à leur tête Boudicca, la chef du clan icène. Qui est cette reine qui va raser Londres et faire trembler l’empire des aigles jusqu’à Rome ? À la fois amante, mère et guerrière mais avant tout femme libre au destin tragique, Boudicca est la biographie historique et onirique de celle qui incarne aujourd’hui encore la révolte.

Ce que j'en ai pensé (sans spoiler) : Boudicca est le premier livre que j'ai acheté aux Imaginales, c'est aussi celui que j'attendais le plus parmi les romans achetés au salon. C'était donc presque une évidence de commencer par celui-ci ! Je ne connaissais pas la plume de Jean-Laurent Del Socorro, car je n'ai pas lu son premier roman, Royaume de vent et de colères. J'attendais son livre car j'étais impatiente de découvrir Boudicca, cette figure héroïque, reine guerrière des Icènes qui s'est révoltée contre les Romains. Les reines guerrières, les femmes indépendantes et insoumises, forcément, vous savez que ça me parle... (voir mon article sur la place des femmes dans mes récits)

J'ai dévoré ce roman. J'ai tout de suite été happée par la voix de Boudicca – le livre est écrit à la première personne. C'est Boudicca elle-même qui nous raconte son histoire ; une histoire que j'ai trouvée passionnante, mais qui a pourtant beaucoup contrarié mes attentes.

Jean-Laurent Del Socorro a une façon très particulière de raconter son histoire. La narration reste plutôt distante des personnages et de leurs émotions, mais elle nous immerge pourtant complètement dans les évènements. J'ai vraiment apprécié la plume de l'auteur et la manière qu'il a choisie de raconter l'histoire de Boudicca. C'est une plume riche, poétique, et qui donne vraiment corps au récit et à la personnalité de l'héroïne. 

Si j'ai passé un excellent moment de lecture avec ce roman, il s'avère pourtant qu'il est très éloigné de ce que j'en attendais. J'espérais découvrir une Boudicca fracassante et héroïque. Je désirais de l'épique et du grandiose. C'est finalement une Boudicca beaucoup plus humaine, avec ses doutes et ses failles, ses contradictions et ses échecs, que l'on découvre dans le roman de Jean-Laurent Del Socorro. Un parti pris intéressant.


Attention, spoilers :  Je regrette en revanche que la révolte armée contre les romains n'ait pas été autre chose qu'un épilogue raconté par un tiers personnage. J'ai eu le sentiment de rester sur ma faim, l'impression que l'histoire de Boudicca restait en suspens, qu'elle n'était pas vraiment terminée... Un peu dommage.      


Mon avis en résumé : J'ai passé un excellent moment de lecture avec Boudicca. L'histoire de cette reine guerrière celte m'a passionnée, et ce, même si son histoire s'avère éloignée de ce que je pensais trouver dans le roman. J'ai apprécié le style de Jean-Laurent Del Socorro, ce qui me donne envie de me pencher sur son premier roman. Cette lecture est vraiment proche du coup de cœur. Elle l'aurait été si les évènements relatés dans l'épilogue avaient été approfondis.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire