Un livre qu'on quitte sans en avoir extrait quelque chose est un livre qu'on n'a pas lu. - Antoine Albalat

jeudi 27 avril 2017

Des mots de tête - Le Secret de Pembrooke Park de Julie Klassen


Secret de Pembrooke Park Klassen

 Cinq fleurs : Je suis conquise 


Titre : Le Secret de Pembrooke Park
Auteur : Julie Klassen
Genre : Romance, Drame
Public visé : Adulte
Année de parution : 2015
Nombre de pages : 640 pages (Éditions Milady)

Quatrième de Couverture : Jeune femme sensée, Abigail Foster s’inquiète pour l’avenir de sa famille depuis qu’elle est ruinée jusqu’à ce qu’un étrange notaire leur propose d’emménager dans un grand manoir, Pembrooke Park, abandonné depuis dix-huit ans. Son père et elle s’y rendent et sont accueillis par le charmant vicaire, William Chapman, qui leur apprend que, selon des rumeurs, une pièce secrète renfermerait un trésor... Aux prises entre de vieux amis et de nouveaux ennemis, Abigail ignore la nature des dangers auxquels elle devra faire face avant de lever le voile sur ces mystères et de trouver l’amour qu’elle recherche depuis toujours...

Ce que j'en ai pensé (sans spoiler) : J'ai découvert ce roman par hasard, durant la Grosse OP de Bragelonne et Milady - consistant à vendre à prix très réduits une centaine d'ebook. C'est la sublime couverture qui m'a interpellée (et qui me fait regretter d'avoir ce roman sous format électronique, mais passons...) C'est sans réelles attentes que j'ai commencé Le Secret de Pembrooke Park, si ce n'était de passer un moment de lecture facile et sans prise de tête.

Je dois avouer que j'ai été agréablement surprise et que j'ai passé un excellent moment. Le roman de Julie Klassen mêle intelligemment (et à parts égales) l'intrigue amoureuse et l'intrigue générale, constituées des mystères entourant le manoir de Pembrooke Park, son voisinage et ses anciens occupants. Loin d'être un prétexte ou un simple décor aux histoires de cœur d'Abigail, le domaine de Pembrooke Park renferme de vrais secrets, qui tiendront le lecteur jusqu'au bout.

J'ai également beaucoup aimé l'écriture de Julie Klassen, très visuelle et très immersive. J'ai encore en tête le domaine du manoir, les pièces de la demeure ou les cottages du voisinage, comme un endroit que j'aurais visité. Les personnages sont eux-aussi très vivants, très dynamiques, et très bien construits. L'héroïne, Abigail Foster, nous fait inévitablement penser aux héroïnes pragmatiques de Jane Austen, notamment Elizabeth Bennet. Le Secret de Pembrooke Park est d'ailleurs bourré de clins d’œil à Jane Austen. Et c'est bien cette ambiance à la Jane Austen qui m'a séduite et qui donne une saveur toute particulière à la romance et aux mystères du manoir. Je me suis régalée. 

Mon avis en résumé : Romance historique, sur fonds d'intrigues et de mystères, dans l'Angleterre du début du XIXème siècle, Le Secret de Pembrooke Park est une petite pépite dans un sublime écrin qui nous fera préférer la version papier à la version numérique. Quand amour, séduction et mystères s'entremêlent dans un décor très « Austenien »...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire