Un livre qu'on quitte sans en avoir extrait quelque chose est un livre qu'on n'a pas lu. - Antoine Albalat

vendredi 10 juin 2016

La place de la femme dans mes récits


Les femmes en SFF


Chaque mois, les modérateurs des challenges sur CoCyclics nous préparent un thème de discussion et ce mois-ci est consacré aux personnages féminins dans nos récits. L'envie de vous parler de la place des femmes dans mes projets de fiction, et plus particulièrement dans Prophétie Nordique, m'est venue suite à la lecture de plusieurs conversations, débats ou témoignages sur le thème du sexe des personnages. Je profite donc de l'occasion pour faire d'une pierre deux coups.

Préambule - Les femmes : des héroïnes à la mode ?


Récemment, je me suis agacée d'un commentaire sur un roman de fantasy francophone mettant en scène une jeune femme. Le lecteur, ayant pourtant apprécié sa lecture et mis une bonne note au roman, s'interrogeait sur le lectorat visé par l'auteur. En effet, ce lecteur paraissait se demander s'il y avait une volonté d'attirer un lectorat spécifique en choisissant de raconter les aventures d'une héroïne... Le choix de centrer le roman sur une femme aurait-il été pris pour s'adapter et plaire à un lectorat particulier, que l'on sait (?) plus féminin pour les romans Young Adult ? D'après ce lecteur, les héroïnes, c'est à la mode en ce moment.

Cette remarque, anodine, portée au détour d'un commentaire plutôt élogieux sur le roman, et qui n'est peut-être qu'une simple maladresse de la part d'un lecteur qui a aimé suivre les aventures d'une héroïne, montre pourtant combien le sexisme ordinaire est encore bien ancré dans les mentalités. Les héroïnes, c'est pour plaire aux filles. Les héroïnes, c'est une mode, donc par définition, c'est passager. C'est pour surfer sur un courant qui marche bien, pour vendre, pour plaire à un lectorat ciblé.

Qu'en 2016, le sexe du personnage principal soit encore sujet à débat me navre au plus haut point (pensez seulement aux trolls qui ont décrié le personnage principal de Star Wars VII parce qu'elle est une fille ; avant même la sortie du film) Lorsque le sexe féminin d'un personnage n'a pas pour objet de traiter de thématiques féministes, certains ne peuvent s'empêcher de relever la féminité du protagoniste. Comme si, au fond, les personnages féminins ne pouvaient se soustraire au fait qu'elles se définissent avant tout par un vagin. Ou plutôt, qu'elles se définissent par l'absence de pénis : de mon point de vue, relever qu'un personnage principal est une femme, c'est avant tout relever que le personnage principal n'est pas un homme...

Les femmes au sein des civilisations de Prophétie Nordique 


Prophétie Nordique n'est pas ce que j’appellerais un projet engagé ou militant, qui questionnerait ouvertement le rôle et la place des femmes dans la société, le concept de féminité ou les conventions et normes qui gravitent autour des caractéristiques biologiques et psychologiques des femmes. En revanche, c'est un projet qui se fonde sur une multitude de sociétés - matriarcales, patriarcales, égalitaires, complémentaires, unisexuées - ce qui me permet de questionner la place des femmes au sein de ces différentes civilisations, mais également celle des hommes. À travers les sociétés qui composent l'ensemble du Gwendir, et à travers les protagonistes issues des différentes cultures, se pose la question des rapports de domination, mais aussi des valeurs propres à chaque peuple.


Les femmes en SFF
Crédit : Follow me...

Dans Prophétie Nordique, deux civilisations sont portées par les femmes
les Amazones et les Nymphes. 

Les premières sont à la tête d'une société matriarcale, où les hommes sont dévalorisés, considérés comme inférieurs et n'ont aucun pouvoir décisionnel politique, militaire, religieux ou familial. Leur domination est passée par leur assignation au rôle de mâles reproducteurs et par de nombreuses interdictions, comme le port d'armes ou la montée à cheval (deux caractéristiques fondatrices de la société amazone : les combats et l'équitation). Pour la majorité des femmes, les hommes sont jugés comme inférieurs dans les domaines qui régissent la société : ils ne sont pas jugés capables. Et ces croyances ne sont pas liées à une présupposée faiblesse physique des hommes (les hommes seraient trop fragiles, et donc il faudrait les protéger) mais plutôt à un jugement de valeur sur leurs capacités morales et intellectuelles.

Les deuxièmes sont à la tête d'une société unisexuée, composée uniquement de femmes, dont les membres naissent à partir des feuilles d'un arbre magique. Le peuple des Nymphes me permet de soulever différentes thématiques féministes, comme celle de la sexualité ou de la maternité - au sens de porter un enfant, puis au sens d'élever un enfant. Les hommes sont complètement étrangers aux Nymphes, notamment pour celles qui ne voyagent, ni ne côtoient de voyageurs. Contrairement à la société amazone - belliqueuse, violente et portée sur les combats et la guerre ; la société nymphe est une société harmonieuse et paisible, qui répugne à toute forme de violence, morale ou physique. Le royaume est protégé par une puissante élite de magiciennes, les Gardiennes. Ces femmes, élues par la déesse et l'arbre magique, doivent renoncer à mener une vie ordinaire. Accepter de combattre signifie renoncer aux idéaux et convictions de la société nymphe, et cette renonciation est perçue comme un grand sacrifice. 

Ces deux sociétés me permettent de soulever de nombreuses thématiques, même si je ne les aborde pas toujours frontalement, et me permettent de montrer les femmes dans des schémas de pensée et d'action très différents les uns des autres. Les femmes, comme les hommes, sont des individus pluriels, dont les valeurs, les capacités et comportements varient énormément.


• Les personnages féminins de Prophétie Nordique


Comme j'avais déjà eu l'occasion de l'expliquer au cours d'un débat sur le genre des personnages :
Je prends autant de plaisir à inventer des personnages féminins que masculins (et aussi bien des personnages féminins dans des sociétés matriarcales/patriarcales/égalitaires que des personnages masculins dans des sociétés matriarcales/patriarcales/égalitaires). Ces différents personnages se caractérisent par leur place dans leur société ; mais aussi par leurs caractères respectifs, forgés par leurs propres expériences et par leur environnement.  

J'aime questionner la place des individus dans la société, qu'ils soient hommes ou femmes. Hormis pour les différences biologiques, j'aime montrer que les femmes peuvent faire exactement la même chose que les hommes, et que ce sont les différences de culture et d'expériences qui façonnent leurs personnalités et leurs capacités. Mais ce ne sont pas pour autant les thèmes principaux de mon histoire ; ils viennent simplement construire l'arrière-plan de mon intrigue, l'univers dans lequel évoluent mes personnages. Ce sont des thèmes transversaux ; que je n'aborde pas frontalement, mais qui sont intrinsèques à l'histoire de mes peuples.


Les femmes en SFF
Crédit : Mystery Girl
 

Les personnages féminins présents dans Prophétie Nordique sont nombreux. J'aimerais qu'ils soient les plus variés possibles, mais je me heurte à mes propres défauts. J'aime les femmes fortes, physiquement et/ou mentalement, c'est mon péché mignon. J'en ai donc beaucoup, même si j'essaye de varier leurs forces. Elles ne sont pas toutes fortes de la même façon.

D'ailleurs, je pense que j'ai tendance à faire ressortir les forces de mes personnages, même les plus faibles. J'aime montrer que les femmes considérées comme faibles ne le sont pas forcément. J'ai moins de scrupules à montrer des hommes faibles - la notion de faiblesse ici est très vaste, je ne parle pas ici de faiblesse dans le sens physique du terme, mais plutôt dans le sens physique et moral. En écrivant cet article, je me rends d'ailleurs compte que je n'ai pas d'antagonistes féminins. Ou de personnages féminins méchants, vils, du côté obscur... Il faudra que j'approfondisse le sujet.

Évidemment, je ne peux pas vous parler de Prophétie Nordique sans évoquer l'héroïne du premier arc (ou premier binôme) : Idril Calafas, la Reine des Amazones. C'est un personnage fort physiquement, puisqu'elle a été éduquée pour être une guerrière et une cavalière, deux domaines dans lesquels elle excelle. C'est également un personnage fort moralement, avec un caractère bien trempé - ce qui va lui jouer des tours. Depuis le décès de sa mère, elle est néanmoins en proie au doute concernant sa position de reine - peur de ne pas être à la hauteur de son modèle, peur de ne pas être à la hauteur des espérances de son peuple, peur de ne pas être à la hauteur de ses propres ambitions. Ce qu'elle ne laisse jamais entrevoir, car elle sait que son royaume a besoin d'un dirigeant aux épaules solides. Par contre, elle se laisse submerger par les émotions violentes, notamment par sa colère, qu'elle a beaucoup de mal à canaliser. Surtout lorsqu'il est question de l'assassin de sa mère...
  
De nombreux personnages féminins secondaires gravitent autour d'elle : sa garde du corps, son ancienne maîtresse d'armes, sa commandante des armées, les autres souveraines du Gwendir - Alphaïde, reine des Nymphes & Eluthiel, reine des Elfes. Durant son périple, elle se rapproche d'une jeune Gardienne, Liane, Fille de Selva. Liane est également un personnage fort. Comme toutes les Gardiennes, c'est une magicienne investie d'un pouvoir colossal (la magie des Gardiennes est la plus puissante du Gwendir) Mais c'est surtout par son caractère rebelle, aventureux et très curieux, que Liane se distingue des autres Nymphes. 

Plusieurs autres personnages féminins - sans lien a priori avec Idril - seront présents dans le roman, comme l'épouse du Seigneur Nordique et mère de Siran ; le bras-droit du Capitaine d'Adrian Duncan, la pétulante Namira. Ou encore, Nairu, la petite nymphe muette, protégée d'Adrian (des personnages qui parleront aux anciens rôlistes du forum) Des personnages qui vivent dans ma tête mais qui n'ont pas encore pu s'exprimer dans le roman !   

Les femmes en SFF
Crédit : No Fear

Les personnages féminins qui m'inspirent


Pour conclure ce (long) billet, voici une petite liste, en vrac, éclectique et non exhaustive, de personnages féminins de fiction - principalement SFFF - que j'adore et qui m'inspirent :

  • Eowyn, Le Seigneur des Anneaux, J.R.R Tolkien & Peter Jackson
  • Lagertha, Vikings, Michael Hirst
  • Brunehilde la Valkyrie, La malédiction de l'anneau, Edouard Brasey
  • Imperator Furiosa, Mad Max : Fury Road, George Miller  
  • Cersei Lannister, Asha Greyjoy, Olenna Tyrell, Brienne of Tarth, Game of Thrones 
  • Saber, Fate/stay Night, Type-Moon
  • Lliane, La trilogie des Elfes, Jean-Louis Fetjaine
  • Hana (la maman), Les Enfants loups, Ame et Yuki, Mamoru Hosoda
  • Olivia Dunham, Fringe, J.J. Abrams  
  • Cassandra Pentaghast, Dragon Age Inquisition  
  • Siobhan Sadler, Orphan Black

Et vous, quels sont vos principaux personnages féminins préférés ?


12 commentaires:

  1. Hello !

    J'adore les personnages Féminins d'une série de livre nommé "Les aventuriers de la mer" de Robin Hobb. Que ce soit Althéa, Ronica, Malta ou tant d'autres, elles sont très fortes sans être infaillible pour autant. De même, beaucoup de personnage féminin de l'assassin royal sont très cool (une pensée pour Dame Patience et Kettricken).
    Sinon, dans une série SF, il y a Honor Harrington qui est très cool -dans ses début, après, elle devient trop bourrine à mon goût-

    Voilà pour ce qui me revient rapidement !

    Et je ne me souvenais pas de Liane, c'est drôle, non ?
    Par contre, ouiiii, je me souviens de Namira et Nairu (et de toute les autres citées) <3
    Et j'étais très contente en Ellenwë.

    C'était l'ex-Adrian Duncan, en route vers de nouvelles aventures !
    (J'aurais jamais su ce qu'il y avait sur Evelonia. ça me tuera.)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou :)

      Je suis très contente d'avoir de tes nouvelles !! Merci pour ton passage et ton commentaire. C'est normal que tu ne te souviennes pas de Liane, c'est une nouvelle version du personnage ici. Sur le forum, c'était Liane Elwing, la Grande Prêtresse de Jörd (certainement l'un des personnages a avoir changé le plus souvent de joueurs, peut-être pour ça aussi que tu ne t'en souviens pas ;) )

      Je ne connais pas Honor Harrington mais vous êtes deux personnes à l'évoquer, il faudra que je m'y penche. Elle pourrait me plaire !

      Au plaisir de discuter à nouveau avec toi ! :)

      Supprimer
  2. Article intéressant !

    Mes personnages féminins ont en général un fort caractère et une identité marquée, avec autant de faiblesses que de forces (on peut en dire autant de mes personnages masculins d'ailleurs).

    Je trouve en tout cas vraiment dommage ce genre de commentaire et je n'en ai encore jamais eu de comme ça. C'est peut-être parce que les écrits que j'ai de public aujourd'hui sont lus principalement par des femmes... On verra les commentaires Amazon.

    En tout cas, j'espère que ce n'est pas juste une mode et que l'on continuera de voir de plus en plus d'héroïnes...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton commentaire, Dorian (et merci pour le partage sur Facebook !) C'est ce que j'avais cru comprendre en lisant tes articles de blog (je n'ai malheureusement pas le temps de lire ce que tu publies sur Wattpad :(

      Pour le commentaire, c'est dommage aussi, mais peut-être est-ce une maladresse... En tout cas, ce n'était pas la première fois que j'entendais ce genre de remarque, et quand c'est pour déplorer la présence des femmes dans les rôles principaux, ça a de quoi agacer !! J'espère aussi pour toi que tu n'auras jamais ce genre de remarques ;)

      Et je partage ta conclusion !

      Au plaisir d'échanger avec toi,

      Supprimer
  3. Mes personnages féminins préférés ?
    * Morgane dans le cycle des portes de Cherryh
    * la reine dans le cycle Magister de Friedmann
    * Morn dans le cycle des Seuils de Donalson.
    * La Dame (et aussi la disciple aux milles voix) dans la Compagnie Noire.
    Je soutiens la thèse que si Honor Harringhton avait été un homme (appartenant à une minorité ethnique vu certains épisodes) cela n'aurait rien changé dans cette série.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce partage Andréa (je ne connais aucune de tes citations, je vais pouvoir me cultiver, héhéhé) vous êtes deux personnes à parler de Honor Harrington, elle m'intrigue !

      Comme je le disais sur Facebook, un personnage intéressant, c'est un personnage bien construit, peu importe son sexe au fond !

      Au plaisir ! :)

      Supprimer
  4. Réponses
    1. Merci pour ton passage et ton commentaire, Crazy :)

      Supprimer
  5. Honor est une des premières héroïnes de SF des années 80 à avoir toute une série à son nom.
    Dans le même état d'esprit de ces rares héroïnes qui ont eu des récits entières à s'être vendue à des milliers d'exemplaires (et à être en plus une extraterrestre féline, tu as Chanur de CJ Cheryh)

    RépondreSupprimer
  6. Merci pour cet article, très intéressant (que j'ai enfin eu le temps de lire!). Je suis d'accord avec toi sur le constat par rapport aux romans avec personnage principal féminin quand tu dis "en relevant que le personnage principal est une femme, on note avant tout que ce n'est pas un homme". Comme si c'était une minorité, une incongruité d'avoir un personnage féminin, ce que je trouve dommage. Je pense qu'un perso principal travaillé et intéressant, quel que soit son sexe, peut attirer toutes sortes de lecteurs. Je me demande aussi si les décennies (voire siècles) d'écriture avec des personnages féminins uniquement définis par leur sexe (coucou la schtroumpfette!) n'ont pas forgé une idée reçue sur ce que l'on peut attendre d'un personnage féminin dans la fiction, surtout les genres SFFF qui sont, à l'origine (il y a plusieurs décennies j'entends), adressés à un public masculin.

    En tout cas j'aime beaucoup les déclinaisons de sociétés que tu as créées dans le Gwendir, il y a un beau potentiel pour parler de plein de sujets, y compris hors des questions de genre.

    De mon côté certains personnages féminins qui m'ont inspirés: Fantaghiro (la caverne de la rose d'or), le maître d'armes dans la série l'assassin royal de Robin Hobb (c'est un perso secondaire, je ne me souviens même pas de son nom, mais elle m'a marquée parce que c'est le premier perso féminin de fantasy que j'ai croisé qui a un rôle (maître d'armes) et qui se trouve être de sexe féminin sans que cela ait un impact sur l'histoire. En gros être femme n'est pas un critère qui définit le rôle du personnage dans l'histoire). Il y a aussi Phrynie Fisher (Miss Fisher's murder mysteries), la première femme à avoir des amants dans chaque histoire (comme Highlander ou James Bond par exemple), là où beaucoup d'héroïnes ont des romances/tombent amoureuses de manière classique. J'aime bien l'idée qu'une héroïne peut aussi se comporter de la sorte. D'autres en vrac: Tiphaine Patraque chez Pratchett, Morrigan et Cassandra chez Dragon Age, la princesse Jaslyn dans Havrefer, Nej dans Nephimim (Fabien Clavel)...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce retour, Florie :)
      Je suis on ne peut plus d'accord avec ton analyse. Je pensais vraiment qu'on avait dépassé ce stade, de penser qu'une héroïne a moins sa place qu'un héros - mais je me trompais lourdement. J'ai un peu l'impression que ça revient en force même ; cette idée que les personnages féminins sont un moyen, un outil pour atteindre un but précis : cibler un public, véhiculer des idées féministes... Comme si écrire les péripéties d'une héroïne, ça n'était jamais neutre (peut-être que ça ne l'est pas, au fond, même si ça devrait l'être)

      Du coup, ce serait véhiculer des idées féministes que de vouloir donner de l'importance à des personnages féminins. J'ignore jusqu'à quel point je caricature, mais ça m'interpelle. Pour moi, on ne devrait pas se poser cette question : un personnage intéressant, c'est un personnage bien construit. Et un personnage bien construit, c'est un personnage qui est cohérent avec son passé, son caractère, l'univers et la société dans lesquels il évolue... peu importe son sexe.

      Je ne sais pas vraiment pourquoi j'ai l'impression qu'on régresse sur ce point, ni pourquoi les personnages féminins interpellent tant. Pourquoi les hommes (certains hommes, ça serait plus juste) ne peuvent (veulent?) pas s'identifier aux personnages féminins ? Alors que les femmes ont été capables de s'identifier aux héros masculins (et là, je pense encore plus au milieu du jeu vidéo, où les trolls sont légions quand le personnage contrôlé est une fille - sauf si c'est une fille qui est une poupée disproportionnée *bonjour Lara Croft des années 90*)

      Ah ! Je ne connais pas du tout Phrynie Fisher, mais j'aime beaucoup ce que tu décris ! C'est totalement vrai.

      Supprimer
    2. J'ai l'impression que les hommes s'identifient très bien aux personnages féminins dans leur ensemble, malgré ce que l'on voudrait nous faire croire. On a vraiment vu ça avec le dernier Star Wars, qui a eu un succès monstre alors que le protagoniste principal est une femme. D'ailleurs ça a fait un peu scandale, car le marketing de Disney était en désaccord avec la production du film et ils ont mis l'accent sur les jouets à l'effigie du vilain, en oubliant volontairement l'héroïne. Ils pensaient que ça marcherait pas...

      Et ils se sont bien plantés.

      Je sais qu'Hermione a aussi eu pas mal de succès, au moins auprès de mes potes fans d'Harry Potter.

      Quant aux jeux vidéo, on voit beaucoup dans les MMO d'hommes jouer avec des avatars féminins. Le sexe du personnage n'est d'ailleurs pas souvent une bonne indication pour deviner celui du ou de la joueur/se.

      Ça ne veut pas dire qu'il n'y a pas de sexisme, ça reste très présent. Je sais par exemple que les dessins animés DC marchent très bien pour les héros, mais quand c'est une héroïne les chiffres de vente sont moins au rendez-vous (même si ça changera peut-être avec Suicide Squad. Espérons...)

      Mais je n'ai pas l'impression que ça régresse pour autant. Je dirais plutôt que ça s'améliore lentement...

      Supprimer