Un livre qu'on quitte sans en avoir extrait quelque chose est un livre qu'on n'a pas lu. - Antoine Albalat

jeudi 12 novembre 2015

La Bêta-lecture, qu'est-ce c'est ?


Image Libre de droits - trouvée sur Pixabay.com

J'ai découvert l'exercice de la bêta-lecture l'année dernière, alors que je traversais une mauvaise période au niveau de l'écriture - suite à de mauvaises critiques et une perte de confiance totale en ma capacité à raconter une histoire. C'est dans ce contexte de malaise, de remise en cause et de perfectionnisme contreproductif que j'ai échoué sur le forum de bêta-lecture CoCyclics ; un forum dédié aux littératures de l'imaginaire. Si l'objectif principal de la communauté est celui de la bêta-lecture, d'autres sections consacrées à l'écriture m'ont permis de me remettre sereinement à la rédaction de Prophétie Nordique - notamment celle des Challenges Premier Jet consistant à « terminer la rédaction du premier jet d’un roman (entamé ou non) dans l’année. » Mais c'est bien de la bêta-lecture que je vais parler dans ce billet.


          1.   Qu'est-ce que la bêta-lecture ? 

Emprunté au vocabulaire de l'informatique, le préfixe bêta renvoie à une version test ou à une version non aboutie d'un texte. L'exercice consiste à faire lire son texte ou son roman, en vue d'obtenir un éclairage critique sur le fond et la forme. Recevoir un avis construit et argumenté sur les lacunes, mais aussi les points forts, de son texte. Sur la forme, il s'agit de repérer les tics d'écriture, les fautes de grammaire-orthographe-syntaxe, les erreurs de vocabulaire, les répétitions, etc. Sur le fond, le bêta-lecteur relèvera plutôt les incohérences logiques, temporelles ou géographiques, les incohérences scénaristiques, les problèmes de caractérisation d'un personnage, les incompréhensions ou confusions, etc.   


          2.   L'intérêt de la bêta-lecture

La bêta-lecture est un exercice aussi complexe qu'indispensable.

Complexe, parce qu'il n'est absolument pas évident d'encaisser les critiques à propos de son travail - il est donc important de trouver un endroit et/ou des personnes de confiance. S'il n'est pas évident d'accepter un regard extérieur et analytique sur son travail, il est également compliqué de critiquer le travail d'une tierce personne. C'est une entreprise délicate que de faire comprendre les faiblesses d'un texte, sans heurter la personne en face. La bienveillance, l'empathie, le respect et la diplomatie sont des qualités absolument essentielles pour un bêta-lecteur. L'écoute, la patience, la non-susceptibilité, l'acceptation des critiques et la volonté de s'améliorer (et non celle de se faire flatter l'ego) sont, quant à elles, nécessaires pour être bêta-lu.

Indispensable, parce que l'auteur n'a pas le recul nécessaire sur ses récits pour savoir ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas. Ce qu'il a écrit lui paraît évident ; mais ça ne l'est pas forcément pour le lecteur. Comment savoir si le message à faire passer est effectivement compris, sans le confronter à la lecture par un tiers ? Certains tics d'écriture ne peuvent pas être décelés si personne ne vous en informe.


          3.   Ce que la bêta-lecture m'a apporté

« Tu sembles avoir des scrupules à utiliser les prénoms de tes personnages. » Jusqu'à présent, je n'avais jamais imaginé que ce tic d'écriture puisse poser problème. J'avais plus ou moins conscience de cette manie que j'avais de préférer des référents aux prénoms de mes personnages : la jeune femme, l'Amazone, la reine, etc. Lorsque ma bêta-lectrice a évoqué le mot scrupules, j'ai eu l'impression qu'elle m'ôtait le voile que j'avais devant les yeux. Elle a mis des mots sur ce dont j'avais à moitié conscience, mais elle m'a aussi et surtout expliqué pour quelles raisons cela s'avérait problématique dans l'extrait que j'avais proposé à la bêta-lecture. À chaque fois que j'écris, désormais, je repense à ce qu'elle m'a dit ce jour-là. Et je fais attention à la façon de nommer mes personnages.

Quand j'ai repéré ce même tic d'écriture dans un texte que j'ai bêta-lu, j'ai encore mieux compris pourquoi on l'avait pointé chez moi. J'ai compris comment cette manie induisait en erreur et créait une certaine confusion. 


L'avantage de la bêta-lecture, c'est qu'on apprend autant 
en faisant lire ses textes qu'en lisant ceux des autres.  

Pour aller plus loin :

          4.   La bêta-lecture du moment...

La bêta-lecture s'applique à toutes sortes de format : le chapitre (ou extrait) de roman, la nouvelle, la pièce de théâtre, le synopsis, le pitch, etc. Et bien sûr, la bêta-lecture s'applique aussi à des romans dans leur intégralité. C'est ce que j'expérimente en ce moment, avec la bêta-lecture de deux romans de copines grenouilles (un à la fois, je ne suis pas Wonder Woman non plus ;p) 
C'est à la fois stimulant et gratifiant - pouvoir lire en avant-première un roman, participer à son processus d'élaboration/amélioration, soutenir d'autres auteurs dans leur travail (surtout quand on s'est découvert des affinités !)... C'est beaucoup de travail, mais c'est une expérience très enrichissante !

5 commentaires:

  1. Je suis tout à fait d'accord avec ton analyse. Cette histoire de nommer les personnages me dit quelque chose... Je débute encore dans la bêta-lecture (que ce soit en tant qu'auteure ou que lectrice) mais je trouve qu'il y a une vraie prise de conscience et une amélioration progressive des textes. C'est vrai qu'on a tendance à voir son propre texte avec un certain voile devant les yeux. Récap très intéressant sur la pratique en tout cas, et bon courage pour la BL de romans!

    RépondreSupprimer
  2. N'est-ce pas ? :)
    Merci pour ton retour. Même après une année de pratique, auteure ou lectrice, je trouve qu'on continue toujours d'apprendre. C'est positif !
    Pour les BL de romans, c'est un vrai plaisir !

    RépondreSupprimer
  3. et ce qui est super aussi, c'est qu'en bêta-lisant d'autres textes, on se rend compte de nos propres faiblesses ou tics d'écriture ! d'ailleurs, je crois que tu t'es engagée aussi pour une certaine alpha-off d'une belle bête, non ? Moi aussi je vais dévorer de la panthère ! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, entièrement d'accord :) C'est aussi instructif de bêta-lire que de se faire bêta-lire! Les deux combinés m'ont beaucoup aidé à progresser !
      Eh oui, c'est vrai qu'on est toutes les deux sur la même alpha-off :-)
      Pour l'instant, je vole avec le Papillon Noir, mais je me ferai bientôt les crocs sur les Panthras ! Belle lecture à toi !

      Supprimer
    2. pour ma part, j'assiste en ce moment à une jolie histoire d'amour entre une guerrière bleue et un samourai (*sifflote) ;-)

      Supprimer